4-La voie sensorielle

La mémoire d'un évènement traumatique, devenu inaccessible, a bien été "enregistrée" dans le cerveau sous forme de signaux sensoriels définissant tous les aspects de la situation vécue.

Il est vain de chercher à recontacter cet épisode de vie par une approche fondée sur le mental et l'analyse, étant précisément en dehors du champ de mémoire consciente.
Seule une approche basée sur la sensation permet de remonter "le fil" permettant de déprogrammer ce processus.

C'est "la voie sensorielle".

A partir d'une situation actuelle de malaise (motif de la séance), la personne perçoit les sensations physiques qui s'y rapportent. Par exemple: la gorge serrée, un poids sur la poitrine, les mains froides...
La peur, ainsi recontactée, est "comme" décomposée en  un ensemble de sensations ressenties dans le corps.
En y portant toute son attention, les sensations se transforment, évoluent, comme si elles conduisaient naturellement à la mémoire sensorielle de l'évènement traumatique.

Cet évènement est alors, à la fois "revécu", et "observé" par la personne.
Et c'est ce positionnement si particulier qui permet d'annuler radicalement et définitivement les symptômes liés à la situation.

Dans cette démarche, il n'y a pas de place pour l'interprétation, l'analyse... il s'agit simplement pour la personne de se connecter à son canal sensoriel,  et de lui permettre d'y rester jusqu' à l'aboutissement du processus de guérison.

Contrairement à la plupart des approches, il est proposé d'aller DANS la sensation, ne pas chercher à contrôler, à éviter. Se laisser entraîner par ce ressenti, avec confiance, et sans aucune retenue.
Le processus de tranformation, de guérison, n'est que la conséquence naturelle de cette attitude particulière.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :